SC Toulon

About sctoulon

This author has not yet filled in any details.
So far sctoulon has created 361 blog entries.

Quand le Sporting joue son rôle de « grand frère »

31 octobre 2018|News|

Comme un symbole c’est Alain Auvaro le président de l’ASPTT Toulon-Hôpital qui a donné le coup d’envoi fictif du dernier Sporting Toulon – RC Grasse en N2. Pas neutre. En effet auparavant le père de Pascal et Olivier (deux fameux anciens joueurs) venait de signer un partenariat avec les Azur et Or.

«Le Sporting Club de Toulon est le club n°1 du département. Il est donc logique de s’affilier afin de travailler en totale transparence et en bonne intelligence » explique t-il. Un rapprochement avec les clubs de TPM qui fait partie du plan d’actions 2017-2018. Cette mission a été confiée à Yann Bodenes qui possède le bon profil après des passages au Hyères FC, La Valette et au SC Toulon le Las. L’idée est que les structures voisines informent les dirigeants Azur et Or lorsqu’un de leurs joueurs s’avère prometteur. Idem pour un entraîneur qui désirerait rejoindre les rangs de La Rascasse. En échange le Sporting propose un large éventail de possibilités.

Différentes options proposées

Mettre en place des séminaires en mettant à profit le passé professionnel d’éléments comme Marc Zanotti. Offrir des places pour les matches à domicile de l’équipe fanion ou délocaliser certains entraînements du groupe de Fabien Pujo. Organiser des séances de spécifiques gardien de but en s’appuyant sur l’expérience d’un Jody Viviani ou prendre part aux différents tournois de la Rascasse de manière prioritaire. Le président de l’association Guillaume Deville a donc mandaté de nombreuses personnes pour aller visiter les clubs voisins que sont l’ECT Coupiane, l’étoile Claret Montety, Ollioules, Maestral FC, CSC Toulon Est, Le Pradet FC, le FC Seynois, La Pivotte Serinette, l’USAM, l’Institut M 20. Il s’agit d’Alain Piazzoli, Bernard Hadèle, Marc Chiapello ou Farid Chenafi. Une manière aussi de retrouver de glorieux anciens comme Konate, Revelles ou Gimenez. Pour que chaque club de TPM puisse se sentir impliqué dans la quête de retour au niveau professionnel du Sporting Club de Toulon. L’union fera la force.

Résumé vidéo : Toulon vs Cannes

30 octobre 2018|News|

COUPE DE FRANCE
TOULON – CANNES (27/10/2018)

 

Retrouvez toutes les vidéos sur la page SPORTING TV

Au tour suivant…

29 octobre 2018|News|

Le Sporting a du puiser dans ses réserves pour éliminer une belle équipe de l’AS Cannes au jeu collectif bien huilé. A l’arrivée l’objectif est atteint car les Toulonnais seront présents au 7e tour.

Quelques choix forts initiaux du coach Fabien Pujo comme la titularisation du jeune gardien Andreani. Payant car celui-ci sera l’auteur d’un arrêt exceptionnel sur une tête à bout portant au 2e poteau (38e). Dans un match agréable malgré des conditions climatiques compliquées chaque équipe se rend coup pour coup. Guilavogui aurait pu ouvrir le score après avoir éliminé le gardien azuréen mais tergiverse et se fait contrer (19e). Il aura sa revanche peu après en tant que passeur car son centre parfait, après un décalage de Pinheiro, permet à Goncalves d’ouvrir le score 1-0 (44e). Une action d’école.

Goncalves omniprésent

A la reprise les Azur et Or démarrent fort dans le sillage du trident Guilavogui-Goncalves-Gomis. La défense cannoise plie sans rompre. Et sur deux contres rondement menés, les visiteurs égalisent puis passent devant en 10 minutes 1-2 (50e,59e). Mais les Toulonnais ont de la ressource et du mental. Comme souvent c’est Goncalves qui va remettre les pendules à l’heure sur un départ en profondeur conclu par un bon tir croisé 2-2 (74e). L’ex du RC Grasse va même se muer en passeur pour Guilavogui à 5 minutes du terme. Un débordement tout en puissance suivi d’un centre en retrait pour « Guila » dont la reprise croisée trouve la lucarne opposée 3-2 (85e). Un pur chef d’oeuvre. Les Cannois pousseront jusqu’au bout mais les Azur et Or tiendront le coup pour atteindre le tour suivant. Mission accomplie. L’aventure se poursuit…

 

Coupe de France : Se rassurer contre l’AS Cannes !

26 octobre 2018|News|

Depuis le début de l’aventure en coupe de France, le coach Fabien Pujo a pris l’habitude de faire beaucoup tourner pour équilibrer au maximum les temps de jeu. Reposer les uns et donner du rythme aux autres. Toutefois lors de la venue de l’AS Cannes (N3) samedi 18h à Bon Rencontre il y a fort à penser que le staff risque de s’orienter sur une équipe quasiment type. Il est important de se rassurer tout en régalant un public qui ne demande qu’à s’enflammer. Seule certitude Fall est d’ores et déjà forfait (déchirure). Du coup c’est Sahnoune qui devrait être décalé latéral droit d’autant que Ronchetti est lui-aussi blessé (fracture de la pommette).

Medoukali et Guilavogui de retour

Le retour de Medoukali dans l’axe de la défense tombe donc à pic. Celui de Guilavogui aussi en pointe pour redynamiser l’attaque. Ce dernier devrait être titulaire d’autant que Barbier la dernière recrue n’est pas qualifié. Au milieu ce sera du classique car Mama Seïbou soigne toujours son genou.

Match vivant en perspective car l’AS Cannes est une jeune équipe assez joueuse et au jeu collectif intéressant. Les Rouge et Blanc étaient même venus s’imposer en amical courant août à Bon Rencontre (1-0). Cette fois l’enjeu sera réel surtout qu’une épopée en coupe de France a été clairement définie comme un des objectifs de la saison. Cela passe par une qualification…

Mohamed Hachfi : « Nous aurions mérité de gagner »

22 octobre 2018|News|

L’entraîneur de la réserve en R1 était frustré après le nul concédé contre Menton (1-1) dimanche à Bon Rencontre. Du coup avec un bilan équilibré le Sporting pointe en milieu de tableau.

Quel sentiment prédomine à chaud ? 

La déception car nous méritons de gagner sur l’ensemble du match. Nous avions ouvert le score sur un débordement de Belkassam suivi d’un centre pour Preira dont la reprise limpide n’a laissé aucune chance au portier adverse (28e). Malheureusement nous avons offert l’égalisation en fin de match sur une incompréhension entre Pooda et Andreani. C’est rageant…

C’est le métier qui rentre ? 

Notre équipe est jeune comme souvent avec les réserves et nous manquons parfois de métier pour tenir un résultat mais ça va venir. Nous étions partis dans un schéma hyper offensif avec Preira, Belkassam, Girard et Hajji et dans l’ensemble l’équilibre a été bon avec Leclerc et Magaddino au milieu qui ont beaucoup travaillé.

La clé pour remonter au classement ? 

Être plus tueurs devant le but car nous avons des occasions franches durant chaque rencontre. Même à Marignane-Gignac ou contre Carqueiranne-La Crau. Défensivement ce sont de grosses erreurs qui plombent des prestations pourtant satisfaisantes. Des détails sur lesquels nous allons travailler.

Un bon point de pris…

21 octobre 2018|News|

Dans un petit jour, le Sporting a su ne pas perdre à défaut de pouvoir gagner contre le RC Grasse. Un bon point de pris surtout qu’avec la défaite surprise de Fréjus St-Raphaël à domicile contre l’OGC Nice, les Azur et Or se rapprochent…

C’est bien connu un match ne ressemble jamais à un autre. Après une prestation de haute volée à Lyon il y a quinze jours les Toulonnais sont passés à côté du sujet contre Grasse samedi soir à Bon Rencontre. Il faut dire que l’ouverture du score d’entrée des visiteurs suite à une hésitation voire une incompréhension entre Viviani et Zouaoui sur un changement d’aile n’a pas aidé en termes de confiance. Grasse qui se contente de quelques séquences de possession rate sans doute le coche à ce moment là. Surtout avec la rapide sortie sur blessure de Fall remplacé par Kenny Michel, Bayo devenant arrière droit (24e).

Moulet égalise sur penalty

Car à la reprise forcément il y a une réaction. Sans être géniaux les Toulonnais poussent avec davantage d’impact physiquement. Ouasfane « ouvre » pour Goncalves côté gauche. Celui-ci percute vers la surface et obtient en puissance un penalty que Moulet transforme 1-1 (62e). Le plus dur est fait. Le match est équilibré mais stérile en occasions franches. Les dernières opportunités sont pour les visiteurs en toute fin de partie. Voilà pourquoi ce point est intéressant. Avec une prestation comme celle-là il était difficile d’espérer mieux. A retenir le bon match d’un Goncalves généreux et menaçant et l’omniprésence de Moulet qui a au moins essayer de dynamiser le jeu. Une réaction collective est attendue contre l’AS Cannes en coupe de France.

 

Fabien Pujo : « Poursuivre la série »

19 octobre 2018|News|

L’entraîneur toulonnais évoque la coupe de France et la venue de l’AS Cannes à Bon Rencontre mais aussi le choc de N2 face à Grasse (samedi 19h).

Ce sera donc l’AS Cannes en coupe de France ?

Oui et c’est un excellent tirage dans le sens où nous allons évoluer à domicile face à une jeune équipe de l’AS Cannes qui pratique un beau football. Ce ne sera pas simple mais ce n’est pas un traquenard ou un match qui sent la poudre. Les deux formations vont jouer dans un bon état d’esprit. C’est une belle affiche avec un peu de nostalgie car les deux clubs ont connu le milieu professionnel. J’espère qu’il y aura du monde au stade.

D’ici là il y a la venue du RC Grasse ?

C’est un tournant car il nous faut une série pour rattraper les points perdus en début de saison. Là nous sommes à deux succès consécutifs en championnat. Il nous en faut un 3e pour recoller vraiment. Surtout face à un concurrent direct car le RC Grasse c’est du solide depuis le début. En cas de victoire nous nous replacerions idéalement.

La clé ?

Il y en a plusieurs. D’abord se méfier des phases arrêtées car Grasse marque la moitié de ses buts sur coups francs ou corners. Puis essayer de marquer vite comme contre St-Priest. Et si ce n’est pas le cas être patient et surtout ne pas déjouer car l’adversaire n’attendra que ça. Le groupe est en progrès mais il faut enchaîner.

Mathieu Barbier, le nouvel attaquant du Sporting !

16 octobre 2018|News, SCTMercato|

Ce pur catalan de 27 ans a fait toutes ses classes footballistiques dans la région de Perpignan, qu’il quitte avec émotion pour rejoindre la rade toulonnaise.

Lors de sa première saison de senior au Canet Roussillon Football Club, il inscrit 8 buts en DH alors qu’il est milieu de terrain. Il part ensuite à Narbonne en CFA 2 pendant 2 ans avant de retourner dans son club formateur au Canet-en-Roussillon où il est repositionné en attaquant. Il y inscrit l’an passé 13 buts en une demi-saison et participe au 16ème de Coupe de France face au SM Caen avant d’être touché par une pubalgie aux adducteurs. De retour en ce début de saison, il a marqué notamment 3 buts en Coupe de France.

Milieu relayeur de formation, Mathieu a été replacé en attaque depuis maintenant 2 saisons. Ce pur avant-centre d’1m88, est un formidable point d’appui qui aime jouer en pivot. C’est un combattant qui utilise son physique pour faire des déviations et finir les actions !

Séduit par le projet du club, c’est un vrai choix de vie pour lui car c’est la première fois qu’il va vivre du football et qu’il emmène avec lui sa famille. « Le SCT est un grand club, avec de l’ambition et des infrastructures exceptionnelles. Il y a tout pour s’épanouir ici et faire quelque chose de grand. J’ai vraiment envie d’apporter ma pierre à l’édifice et de connaitre la ferveur toulonnaise. »

Mathieu, bienvenue à Toulon !

 

Mathieu Barbier
27 ans (26/11/1990)
Attaquant
1m88 – 88 kg

U19 Nat. – Le Sporting battu par plus fort !

15 octobre 2018|News|

« Dans ce championnat il faut accepter de perdre certains matches car l’écart de niveau est trop important. C’est frustrant mais c’est comme ça ». En préambule, le coach Youssef Sif savait que la mission était quasi impossible samedi à Mercheyer face à Montpellier, le leader invaincu et tyrannique. Les craintes étaient justifiées avec au final une défaite 3-1 qui n’a rien d’infamante. Les Azur et Or ont longtemps cru en l’exploit. Surtout lorsque Grizzetti ouvre le score d’une tête « réflexe » en pleine surface sur un ballon cafouillé. Le ballon termine poteau rentrant et Toulon mène 1-0. Pendant de longues minutes, les Toulonnais vont tenir le choc sans concéder d’occasions franches. Jusqu’à la 24e minute et une phase arrêtée sur laquelle la défense est trop passive 1-1. Dommage.

Des progrès malgré tout

Un but qui fait mal car en 2e période les Azur et Or vont souffrir à cause de la fatigue et de l’usure. Montpellier haussant aussi le rythme. En cinq minutes les Héraultais font le break (68e, 72e) et gère la fin de match. Pourtant Grizzetti aura le but du 3-2 au bout du pied mais se heurtera à un gardien en état de grâce (93e). preuve que les Azur et Or n’ont jamais abdiqué. A retenir le gros match de Benalal au milieu alors qu’en défense Touili a colmaté un maximum de brèches. En attaque Grizzetti a encore été décisif alors qu’El Hajji s’est battu sur tous les fronts.
« Il y a des progrès par rapport au match de Toulouse. L’équipe n’a pas lâché. En reproduisant ce type de performance face à un adversaire plus abordable le résultat suivra » conclut le coach toulonnais. A confirmer à Bastia, un concurrent direct.

Jean-Pierre Lanfranchi : « Pour Diallo l’opération est impérative »

11 octobre 2018|News|

Le kinésithérapeute du club a mis les petits plats dans les grands pour remettre Diallo sur pieds. En vain. L’opération est selon lui obligatoire pour que le buteur puisse retrouver la plénitude de ses moyens.

Que s’est-il passé avec Abdoulaye Diallo ?

Suite à sa blessure à Côte Bleue en match amical, les examens passés à Toulon ont révélé une entorse du ligament latéral du genou. Dès lors avec Alex Gasparotto nous avons fait le maximum pendant deux mois pour le remettre sur pieds à hauteur de 4 heures de soin par jour.

Pas suffisant ?

Il y a eu des progrès importants et Diallo aurait pu jouer quelques minutes contre l’OM2 si le match n’avait pas été reporté. Seulement voilà par la suite il y a eu une stagnation. Diallo n’arrivait pas à allonger la foulée et avait des problèmes de flexion. C’est ce qui nous alerté.

Qu’avez-vous fait alors ? 

Diallo a passé une IRM à Marseille qui a révélé une rupture du ligament ainsi que des problèmes au ménisque et au fémur. Dès lors l’opération est devenue obligatoire s’il veut retrouver la plénitude de ses moyens la saison prochaine. Il y en a pour 8 mois de convalescence. C’est un coup dur surtout après tous les efforts que nous avons faits pour qu’il puisse jouer cette saison.