Découvrez l’actualité des partenaires du Sporting ainsi que des interviews de leurs dirigeants !
Le club est fier de pouvoir les mettre en avant sur cette page.

Suivez également toutes les news du club des partenaires du SCT sur la page Facebook Sporting +.
Rejoignez-nous et développez votre Business en Azur et Or !


Lionel Virenque : « Évoluer sans se dénaturer »

Partenaire depuis presque 10 ans des Azur et Or, le directeur de « Maison du Midi » nous fait part de son point de vue sur l’actualité du SC Toulon tout en faisant un parallèle avec le milieu entrepreneurial.

Quelles sont vos attentes à l’aube de cette saison 2022/2023 ?

Avant tout retrouver de la sérénité car la saison dernière a été tumultueuse et sportivement nous sommes passés à côté du sujet. Pourtant avec l’apport de grands noms du football comme Tigana, Damiano, Bettoni ou Batelli nous avions un staff de très haut niveau. Professionnel en tout cas, ce qui est du luxe en amateur. Et pourtant ça n’a pas marché.

Pourquoi selon vous ?

Dans un club comme dans une entreprise, il faut de la stabilité. La clé est de savoir évoluer sans se dénaturer. En tant que constructeur et promoteur de maisons, je peux vous dire que la notion de fondations est capitale. C’est la 1ère étape d’une construction. Celles du SC Toulon sont bonnes et solides. J’espère que cette saison nous pourrons de nouveau jouer les premiers rôles en N2 comme quasiment chaque année et si ça veut rire retrouver la N1.

Un mot sur l’expérience vécue lors du Master Inter-entreprises ?

Ce fut un moment magique, hors du temps ! Dans une société remplie de concurrence et stressante, ce tournoi ultra convivial fait office de pause régénératrice. On se rend alors compte que le Sporting est une grande famille au sein de laquelle on peut partager beaucoup de choses. Ce Master inter-entreprises symbolise les valeurs de ce club.


Gérald Giacomini : « Je suis optimiste pour la saison à venir »

L’entreprise « Piscine by Giacomini » attaque sa 12e saison en tant que partenaire majeur du SC Toulon. Son fondateur Gérald Giacomini explique les raisons d’une fidélité sans faille à l’aube d’un exercice 2022/2023 que les Azur et Or abordent avec ambition. Tout comme lui…

Douze ans d’ancienneté et toujours autant motivé ?

Bien sûr car plus qu’un club ou une équipe c’est avant tout un homme à savoir Claude Joye que je soutiens. C’est quelqu’un qui a une vraie vision. Et je la partage. Évidemment il y a des hauts et des bas mais j’estime qu’un partenaire doit être là aussi et surtout dans les moments difficiles. Ce fut le cas la saison dernière où en sortie de covid nous étions confiants avec l’arrivée d’un nouveau staff et du trident Tigana, Damiano, Bettoni. Malheureusement nous avons été déçus mais c’est comme ça c’est le sport. Il faut s’en servir pour revenir plus fort.

C’est ce que vous attendez cette saison ?

Oui car il est hors de question de revivre une saison aussi stressante que la précédente. Les arrivées de Marcel Dib comme directeur sportif et aussi d’Eric Rech comme coach sont de bonnes choses car ils connaissent bien les réalités de la N2 du sud-est. Les joueurs, les contextes et les adversaires. Le recrutement est allé dans ce sens avec notamment le retour d’Abdou Diallo. Ce sont des personnes respectées à Toulon. Marcel Dib est toujours resté proche du club. Il incarne quelque chose. Voilà pourquoi  je suis optimiste à l’aube de cette saison 2022/2023.

Votre entreprise porte votre nom. Qu’est-ce que cela change ?

Beaucoup de choses car il y a une forme d’engagement supplémentaire. Quand votre nom est affilié à votre entreprise vous ne devez rien laisser au hasard. La notion de réputation est primordiale dans ces cas-là car la crédibilité qui en découle vous colle à la peau derrière. Voilà pourquoi l’important est d’être à l’écoute des clients et de leur apporter des bons conseils comme le choix des matériaux par exemple. Notre activité marche fort et nous avons un pic à partir du mois de mars car les livraisons sont prévues en juillet afin que les clients puissent profiter de leur piscine l’été.  


RMTT – TRANSDEV a renouvelé son engagement avec le Sporting

ITW : Thierry Durand, Directeur Général de la RMTT – TRANSDEV 

« Un engagement depuis presque 15 ans pour le « footeux » d’origine que je suis, c’était presque normal d’autant que le Sporting a toujours eu une grande tradition de club formateur, surtout pour les gardiens de buts (Bell, Borreli, Olmeta, Porato…), un peu mon ADN. « 

Un mot sur la prochaine saison qui s’annonce relevée ?

On connait l’importance d’un « bon départ » dans un championnat très relevé ou nombres de derbys vont rythmer la saison, d’où l’importance d’une bonne préparation !

Réseau Mistral brille chaque saison lors du Master inter-entreprise du SCT ! Une manifestation importante et attendue pour vos collaborateurs ?

C’est important pour une entreprise de pouvoir se fédérer autour d’une « couleur », d’un maillot, c’est du concret ! Le travail permet de connaitre la compétence de nos collaborateurs, faire du sport ensemble permet de découvrir la valeur humaine des hommes et des femmes de notre entreprise.
Et puis c’est une petite fierté de ramener cette « immense » coupe au dépôt !
On espère toujours être les premiers à inscrire 2 fois notre nom dessus…

Au niveau entreprise, que peut-on souhaiter au Réseau Mistral pour l’avenir ?

Toulon se fait un nom en tant que Métropole, en se tournant notamment vers l’excellence… le Réseau Mistral, tout comme le Sporting, contribuent à l’atteinte de cet objectif en essayant de progresser, s’améliorer et d’aller plus haut dans ses performances !

 Suivez Réseau Mistral sur ses différents comptes :


AGV Garelli Immobilier prolonge son aventure Azur et Or

Le Sporting Club de Toulon est heureux de vous annoncer le renouvellement de son partenariat avec AGV GARELLI immobilier pour la 8ème année consécutive !
ITW : Gilles GARELLI, dirigeant fondateur d’AGV GARELLI immobilier nous explique son choix de prolonger son partenariat avec le Sporting, avec notamment son logo sur la face avant du maillot de l’équipe senior 

Pourquoi avoir continué l’aventure SCT en tant que partenaire Majeur  du club ?

« Etant natif de TOULON, renouveler mon partenariat avec le SCT était un choix du cœur, tout comme pour mon associée Valérie CHEVALLIER. J’ai grandi avec une forte affection pour ce maillot azur et or et à présent, j’ai une profonde passion pour le club. Je n’aurai donc pas fait autrement.
Je veux toujours connaître le monde professionnel avec le Sporting Club Toulon en tant que partenaire majeur, je ne lâche donc pas.
L’organisation et les infrastructures sont là, la passion autour du club de la Rascasse toujours présente. Les nouvelles recrues me donnent le sentiment d’avoir une équipe très compétitive cette saison, tous les éléments sont donc réunis pour accéder à l’échelon supérieur rapidement et s’y maintenir, c’est également ces raisons qui me poussent à continuer d’accompagner cette dynamique. »
Quels seront vos objectifs principaux pour la saison à venir ?
« En plus de mes activités immobilières, je suis depuis 2 ans directeur du développement du club. Je m’emploie donc avec mon équipe, à attirer de nouveaux partenaires à nos côtés et de développer encore un peu plus le Club des Partenaires, Sporting+ .
Optimiser le rayonnement de la marque SCT est également un objectif important à mes yeux. Il s’agit d’un club historique, avec un énorme potentiel et qui engendre toujours énormément de passion, il est essentiel de capitaliser dessus.
Aussi, j’ai l’habitude de dire que les grandes ambitions s’accompagnent toujours d’un investissement quotidien et c’est pleinement en ce sens que nous travaillons chaque jour, pour le bien du club.
J’invite les chefs d’entreprises Varois mais aussi de la Région à me contacter pour nous rejoindre, afin de contribuer ensemble, au retour du Sporting Club Toulon dans le monde professionnel !
Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir ?
« Une saison pleine sur le plan sportif avec une équipe du SCT jouant les premiers rôles et une nouvelle année réussie sur le plan professionnel.
FORZA AGV, FORZA TOULON !« 


Olympic Location : nouveau partenaire majeur et sponsor maillot

Le Sporting est ravi d’accueillir un nouveau partenaire sur le dos de son maillot : Olympic Location !

Yohann Mimran, co-gérant avec sa sœur Sandra, nous présente son entreprise.

Nous sommes une société familiale née en 2003 à Marseille dans le 4ème arrondissement. Nous avons démarré avec une poignée de voitures et véhicules utilitaires et nous n’avons pas depuis cessé de grandir.

Mon père avait créé une société nommée Olympic Garage qui faisait de la location, de la vente, de la mécanique… et nous avions récupéré la société de notre père pour devenir Olympic Location et nous concentrer sur de la location uniquement.

Aujourd’hui, nous regroupons 12 agences en nom propre et nous envisageons une ouverture en septembre à Port-de-Bouc.

Nous comptons un parc de 1 600 véhicules et environ une cinquantaine de collaborateurs sur la région PACA.

Nous allons nous développer encore plus à Toulon puisque nous comptons ouvrir une agence sur Toulon est d’ici début 2023. Nous couvrirons ainsi le secteur Metropolitain.

Nos véhicules sont principalement des véhicules utilitaires à destination de professionnels, plus de la moitié de notre parc (bennes, mini-bus, engins de chantiers, camionnettes de déménagement…).

Nous faisons de la location aux particuliers mais notre cœur de métier reste le réseau entreprises.

La location de véhicule peut se faire sur une journée, plusieurs jours voir 2 mois.

L’idée est de répondre à tous les besoins !

Le partenariat avec le SPORTING était naturel car la stratégie de la société est axée sur la vie dans la cité au sens large. Nous faisons beaucoup d’actions auprès des associations.

À Toulon il y a plusieurs clubs, tous sports confondus mais je suis passionné de football et le Sporting correspond vraiment à nos valeurs. C’est un club à taille humaine mais qui reste très professionnel et qui a envie de grandir et d’évoluer tout comme nous ! Lorsque j’ai visité les installations j’ai remarqué le club n’était pas calibré pour de la N2 mais pour des championnats au-dessus. C’était un projet pour lequel j’avais envie de m’investir.

Une des choses aussi qui m’a conquis c’est le cercle d’entreprises, avec toutes les sociétés présentes et engagées avec le club de façon pérenne… Cela et rassurant et signifie qu’elles y trouvent leur intérêt.

Nous souhaitons exister à l’échelle toulonnaise, s’inscrire en partenariat avec le Sporting fait parti de notre axe de développement.

Suivez notre nouveau partenaire :
LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/olympic-location/
Instagram : https://www.instagram.com/olympiclocation/
facebook : https://www.facebook.com/OlympiclocationOfficiel


 

Saison 21-22

 

Julien Aubry : « Le Sporting c’est une passion »

Le directeur du garage Aubry a renouvelé ses engagements auprès du Sporting Club de Toulon et est même monté en puissance en s’affichant cette saison sur l’épaule du maillot des joueurs.  Quand le mot partenaire prend tout son sens !

Avez-vous un temps hésité avant de poursuivre l’aventure ?

A aucun moment pourtant moi aussi et comme beaucoup d’autres j’ai été impacté financièrement par les problèmes sanitaires qu’a connu le pays. Mais le Sporting Club de Toulon c’est une passion sur plusieurs générations chez nous. Voilà pourquoi j’ai décidé de poursuivre l’aventure humaine initiée il y a 3 ans.

C’est un message fort ?

En tant que chef d’entreprise je sais qu’il y a des hauts et des bas et que c’est dans ces moments là qu’il faut rester soudés et surtout ne pas lâcher. Tous les partenaires sont sur la même longueur d’onde. Nous ne voulions pas laisser Claude Joye tout seul. Nous savons où il veut aller et nous le soutenons. Son projet est cohérent.

Vos attentes en 2020/2021 ?

Nous jouons la montée et nous savons que dans cette poule rien ne sera facile. Voilà pourquoi l’état d’esprit est capital. Le choix de mettre Luigi Alfano en première ligne comme coach me semble judicieux tout comme les retours de Rebecq ou Luccini chez les jeunes. J’espère que ce n’est qu’un début. Un club c’est un tout mais surtout une identité avec des valeurs à transmettre.

 


Jérémy Guinand : « Au-delà du sport »

Le responsable du Casino de Bon Rencontre continue de soutenir le Sporting Club de Toulon car pour lui ce partenariat dépasse le simple cadre sportif. Explications…

Toujours partenaire du Sporting ?

Bien sûr. Et ce sera notre 2e année aux côtés des Azur et Or. Pour moi il est impossible de ne pas être partenaire du Sporting. Nous sommes voisins géographiquement et nous accueillons le même tissu local. Le Sporting pour le sport, Casino pour l’alimentation. En clair pour le bien être. Nous sommes donc complémentaires. Nous nous situons au-delà du sport…

C’est-à-dire ?

Nous allons organiser des rendez-vous pour promouvoir le « bien manger » auprès des jeunes joueurs du Sporting Club de Toulon. Apporter une vision alimentaire en expliquant par exemple l’importance de manger des fruits et légumes car c’est un paramètre capital pour devenir sportif de haut niveau. Nous allons aller encore plus loin.

De plus en plus impliqué donc… ?

Oui car on se doit d’être là dans les moments difficiles qu’a connu le club la saison dernière. Le sport c’est ça il y a des hauts et des bas on ne peut pas toujours gagner. L’important est de savoir se relever lorsqu’on tombe. Casino est là aujourd’hui et sera là demain. Le Sporting porte un beau projet auquel j’adhère totalement.

 


 

Gérald Giacomini : « Être là dans les moments difficiles »

Le père fondateur de la société « Piscines by Giacomini » a décidé de poursuivre l’aventure initiée en 2011 en confirmant son partenariat avec les Azur et Or. Une marque de confiance inestimable après la descente en N2.

Pourquoi la décision de signer pour une année supplémentaire ?

Parce que j’ai toujours cru au projet incarné par Claude Joye au Sporting Club de Toulon. Je suis partenaire depuis 2011 et puis je pense que c’est dans les moments difficiles qu’il faut répondre présent. Un club de foot c’est comme une entreprise il y a des hauts et des bas. Et quand on est gestionnaire il est réconfortant d’être soutenu dans ces moments là.

Est-ce une situation que vous avez connue avec « Piscines by Giacomini » ?

C’est exactement une situation que j’ai rencontrée avec « Piscines by Giacomini ». Nous avons connu une ascension assez fulgurante avant de toucher notre plafond de verre parce que nous n’étions pas assez structurés. Dès lors il a fallu descendre d’un échelon pour mieux repartir. A ce moment là j’ai été bien content de ne pas être lâché par mes fournisseurs, fabricants et clients. Je sais ce que vit Claude Joye.

On sent un vrai attachement vis à vis de lui ?

C’est d’abord lui que je soutiens à travers le Sporting Club de Toulon. Nous avons une relation forte depuis 10 ans. Nous avons beaucoup discuté et je crois que le club a appris de ses erreurs en National. Claude Joye veut davantage s’ouvrir aux autres et mieux s’entourer. J’admire sa persévérance car il a traversé de nombreuses tempêtes pendant un an. Voilà pourquoi je crois en lui et en l’avenir du Sporting Club de Toulon.

 


Eric Lavagna en toute sécurité

Eric Lavagna baigne dans le monde du football depuis toujours. Le directeur de l’entreprise G2S a réussi sa petite carrière amateur dans le milieu du ballon rond alors que son fils Alexis en tant que gardien de but est allé jusqu’au niveau semi professionnel. Véritable passionné de foot l’intéressé revendique un chauvinisme teinté d’esthétisme. « Je suis à fond derrière les équipes françaises en coupe d’Europe. J’ai vibré à l’époque pour le SC Bastia et même le RC Strasbourg. Aujourd’hui parfois le PSG me fait rêver. Quand tous les joueurs tirent dans le même sens le niveau de jeu est énorme » avoue t-il. Et si ses références demeurent les deux France-Brésil de 1998 et 2006 dans le sillage du maestro Zidane, Eric Lavagna se régale aussi à suivre les Azur et Or. « J’avais fait le déplacement à Monaco l’an dernier qui était le dernier écueil avant la montée en National. Un super souvenir » poursuit-il.

Rayonner large

Et si cette saison c’est plus dur pour le Sporting à l’étage supérieur Eric Lavagna reste optimiste. « Bien sûr que j’y crois encore. La première victoire peut faire office de déclic et avec une petite série de trois succès tout peut s’inverser. Le National c’est un autre monde. L’adaptation est difficile mais tout se joue sur la durée chaque saison » précise t-il. Quels que soient les résultats bons ou mauvais son entreprise G2S est toujours là aux côtés du Sporting Club de Toulon . Une véritable sécurité pour l’actionnaire majoritaire Claude Joye car cette structure est spécialisée dans ce secteur d’activité en proposant des alarmes et de la vidéo surveillance aux particuliers comme aux professionnels. Le siège social est à Gassin mais il y a une 2e agence à Aix en Provence ce qui permet à G2S de rayonner large. Reste à espérer que la défense toulonnaise se montrera aussi performante que G2S et il y aura certainement les trois points au bout face à Créteil. Et la fameuse petite série tant attendue prendrait alors forme…

 


 

Philippe Sauvagnargues voit toujours plus haut

Philippe Sauvagnargues espère bien être le porte-bonheur de ce Sporting new look qui va défier Dunkerque. En effet c’est lui via son entreprise Cash Casibel qui va donner le coup d’envoi fictif.

« J’ai joué au rugby pendant 17 ans et retrouver l’ambiance du terrain et des vestiaires est quelque chose de génial. Il y a deux ans lorsque j’avais donné le coup d’envoi nous avions gagné… » avoue t-il. Passionné de sport, l’intéressé soutient pleinement les Azur et Or. « La première victoire peut tout changer mais elle doit arriver vite » poursuit-il. L’intéressé sait de quoi il parle du haut de ses 60 ans dont la plupart passés au bord des terrains de sport. «Avec Cash Casibel nous nous
efforçons de soutenir et d’encourager les clubs du coin. Le Sporting c’est Toulon, un club avec une histoire et un passé glorieux » précise t-il.

40 ans en avril prochain

Comme son entreprise Cash Casibel qui oeuvre dans l’alimentation en gros en assurant la livraison chaque jour dans une zone étendue de Bandol au Lavandou en passant par St-Maximin. Une structure familiale qui a fêté ses 40 ans d’existence en avril 2018. Par ailleurs, président d’une centrale d’achat regroupant 15 grossistes appelée la Cidial, Philippe Sauvagnargues n‘est pas du genre à rester les deux pieds dans la même chaussure à « crampons » et regarde toujours plus haut. « Le Sporting vit une période compliquée mais si l’équipe s’en sort alors c’est aussi une manière de construire quelque chose de grand, de poser des bases. Les grandes choses naissent toujours dans la difficulté » conclut-il. Un optimisme de bon aloi. Le Sporting connaît la marche à suivre…

 


 

AGV-Immobilier, le bâtisseur !

Valérie et Gilles Garelli d’AGV-Immobilier sont de vrais partenaires du Sporting Club de Toulon au sens noble du terme. Au niveau du sponsoring l’enseigne entame sa 6e saison sur le maillot Azur et Or et aura encore deux ans de contrat par la suite. C’est dire si c’est sur la durée qu’AGV-Immobilier s’est engagé auprès du club toulonnais. Avec une implication à nulle autre pareille. Présent à tous les matches à domicile le couple suit aussi l’équipe fanion lors des déplacements dès que l’agenda le permet. Mieux encore Valérie gère « Sporting + » le groupement des partenaires du Sporting qui chaque mois se réunit pour agrandir le réseau. Par ailleurs Gilles Garelli depuis son arrivée au club a réussi à convaincre une dizaine de sponsors dont le garage Aubry, dernier vainqueur du tournoi Master inter entreprises du Sporting de faire comme lui. A savoir soutenir le Sporting Club de Toulon contre vents et marées.

Une nouvelle agence à Hyères il y a un an

« En quelques semaines nous sommes passés d’un extrême à l’autre. De la magie de la montée avec l’euphorie qui en découle aux difficultés du National. A la trêve nous sommes dans le dur mais l’espoir demeure car les écarts ne sont pas rédhibitoires. Le mercato hivernal sera déterminant » explique Gilles Garelli. Mais quoi qu’il en soit en fin d’exercice AGV-Immobilier sera toujours là. Un soutien de poids pour l’actionnaire majoritaire Claude Joye. D’autant que Gilles et Valérie font désormais partie des meubles au Sporting Club de Toulon. La proximité avec les joueurs et le staff est réelle. Des bâtisseurs car ils ont connu l’anonymat du CFA2 de l’époque et savourent donc aujourd’hui de voir en début de saison la foule se masser de nouveau à Bon Rencontre avec des moyennes de 3000 à 4000 spectateurs. Comme quoi il y a tout pour réussir à Toulon. A commencer par des partenaires au top. Tel AGV-Immobilier, une structure qui a ouvert une nouvelle agence à Hyères il y a un an et dont l’ambition n’est pas d’en rester là.

 


Kevin Ferrane, un mec au poêle…

« Je suis fier comme un coq d’être devenu partenaire du Sporting Club de Toulon mon club de cœur et de toujours ». En préambule Kevin Ferrane ne cache pas sa joie en tant que Toulonnais pur jus de voir le nom de son entreprise de ramonage CRS Ferrane être associée aux couleurs Azur et Or.

Il faut dire que les souvenirs sont vivaces et précis le concernant. « Mon premier match à Mayol reste un grand moment. C’était le 7 novembre 1992 lors d’un Toulon-Lyon qui s’était terminé sur un triste 0-0. Qu’importe j’avais adoré l’ambiance. J’avais dix ans et c’était un éducateur de la Rode le club où j’évoluais à l’époque qui m’avait amené » explique t-il. Joueur jusqu’à l’âge de 18 ans à la Rode puis à la Pivotte Serinette Kevin Ferrane a dû comme souvent faire un choix au moment de basculer dans la vie active. Avec bonheur car l’intéressé a fondé en 2011 sa propre entreprise de ramonage CRS Ferrane. « Dans l’inconscient collectif c’est une activité vieillotte dont l’image n’est pas forcément clinquante. Je me bats contre ça en communiquant beaucoup notamment sur les réseaux sociaux car avec l’essor des poêles à bois ou à granule le métier a évolué et demeure prospère » poursuit-il.

Porte bonheur ?

Pour preuve Kevin Ferrane a embauché un collaborateur pour pouvoir répondre à toutes demandes. Il faut dire qu’il s’éclate au quotidien. « Se dire que nous apportons la sécurité et la faculté de se chauffer dans de bonnes conditions est quelque chose d’appréciable » avoue t-il. Alors que l’hiver approche à grand pas Kevin Ferrane va certainement devoir carburer à plein régime. Comme un Sporting Club de Toulon qui attend le déclic en National. « Je viens à tous les matches à domicile et c’est une question de confiance. Si nous avions gagné contre Béziers en ouverture ou face à Bourg en Bresse alors aujourd’hui les choses seraient différentes. Nous ne sommes pas si loin de non relégation. Il faut persévérer » conclut-il. Et si son coup d’envoi fictif contre Boulogne pouvait porter bonheur nul doute que Kevin Ferrane proposerait sa candidature pour donner tous les suivants. Sa passion pour le Sporting Club de Toulon ne datant pas d’hier…

 


Joël Bridon, la suite logique !

Il y a différentes manières d’atteindre ses rêves d’enfant. La voie classique et les chemins de traverse. Quand Joël Bridon portait les couleurs du Sporting club de Toulon chez les jeunes au poste d’avant-centre sans doute avait-il dans un coin de la tête l’objectif de fouler un jour la pelouse de Bon Rencontre et de côtoyer l’équipe fanion. Comme tous les minots de son âge…Sauf que les aléas de la vie en ont décidé autrement. En effet un grave accident oblige l’intéressé à arrêter le sport pendant 10 ans. Une éternité. La vie professionnelle suit elle son cours et Joël Bridon devient électricien. D’abord dans une grosse structure du côté du Pont du Las avant de se lancer à son compte depuis 5 ans. C’est là que le Sporting Club de Toulon croise de nouveau sa route.

Avec son fils Leni…

« Gilles Garelli d’AGV Immobilier est un ami et c’est lui qui m’a parlé de l’éventualité de devenir partenaire du club. Comme j’ai toujours été supporter du Sporting je m’y suis remis sans hésiter. Je prends part aux repas et aux soirées partenaires tout en venant aux matches à domicile » explique t-il. Comme un symbole c’est en compagnie de son fils Leni (8 ans) licencié à La Valette qu’il va donner le coup d’envoi du prochain et capital match contre Bastia-Borgo. Un duel de promus qui vaut déjà cher. Les joueurs de Zvunka cherchent encore la lumière en ce début de saison et qui mieux qu’un électricien comme Joël Bridon pour leur montrer la voie ? Personne. Le Sporting tient peut-être son « porte bonheur », son homme à 100 000 volts.

 


Aubin Carisey, le meneur de jeu !

Qu’importe la couleur du ballon du moment qu’on a la passion. Voilà un slogan qui pourrait aller comme un gant à Aubin Carisey l’un des responsables de Laser Game. Une structure partenaire du Sporting Club de Toulon depuis deux ans. Il faut dire que l’intéressé aurait pu faire carrière dans le basket ball du côté de Saint Vallier (Pro B) après des études à la faculté de Miami. Une culture américaine qui explique sans doute qu’à la croisée des chemins Aubin Carisey ait préféré se lancer dans la vie active en étant son propre patron. « Je suis un passionné de sport tout comme mon associé. Toutefois le monde professionnel dans le basket ball est assez compliqué. Beaucoup de gens y gravitent et tout peut aller très vite. Nous voulions investir et nous avons demandé d’avoir un emplacement géographique pour développer la marque Laser Game. Celui de Toulon nous semblait le plus opportun » explique t-il.

De l’ASOA Valence à Toulon

Un vrai meneur de jeu et surtout un bon choix car Laser Game n’a fait que monter en puissance à l’image du Sporting. « Il y a deux entités fortes à Toulon avec le RCT et le SCT. Nous recherchions davantage un club familial et avec le Sporting nous l’avons trouvé. Nous venons au stade dès que possible et lors de la montée en National j’étais là. C’était magnifique en terme d’ambiance. J’ai découvert le foot du côté de l’ASOA Valence qui a évolué en Ligue 2 quand j’étais gamin et j’avais donné une fois le coup d’envoi. J’en garde un excellent souvenir et contre Concarneau je vais avoir cet honneur. Ce sera encore un grand moment surtout devant 3000 spectateurs » poursuit-il. Dans le jeu une passe « laser » permet de casser une ligne. Au Laser Game c’est l’ennui qui est broyé car l’amusement est total. Avis aux amateurs…

 


Lionel Virenque a fait la grande boucle

Le nom de Virenque est inévitablement associé à celui du vélo grâce aux exploits de Richard. Et si son frère Lionel est lui aussi issu de la culture cycliste c’est bien le football qui le fait vibrer depuis l’enfance. Et notamment l’âge d’or du Sporting Club de Toulon. « Je me rappelle d’une sortie en tête plongeante hors de sa surface de Pascal Olmeta aux devants de Dominique Rocheteau lors d’un Toulon-PSG au milieu des années 80. Exceptionnel. Et puis d’une sortie compliquée du stade Vélodrome en 1987 lorsque les Azur et Or ont égalisé en coupe de France avant de se faire sortir au retour à Mayol sur une simulation de Papin pour un penalty polémique » explique t-il. On le voit l’intéressé sait de quoi il parle et l’émotion est présente lorsqu’il évoque ses souvenirs. Voilà pourquoi aujourd’hui Lionel Virenque a fait la grande boucle en devenant partenaire du Sporting via son entreprise « Maisons du midi ».

Respect et amitié

« Je connais bien Jean-Marc Ferreri et depuis 5 ans je soutiens le projet de Claude Joye. J’ai beaucoup de respect pour lui et ce qu’il fait depuis plusieurs années. De plus Guillaume Deville le président de l’association est un ami. Au début je me suis fais chambrer mais maintenant en National le club a retrouvé un niveau respectable et la Ligue 2 est à portée de fusil » poursuit-il. Du coup l’émotion devrait être réelle au moment de donner le coup d’envoi ce soir de Toulon-Laval. « J’avais déjà donné eu cet honneur lors du dernier Toulon-OL2 en N2 la saison dernière. C’est un moment particulier tout comme le fait de croiser mes idoles tel Marcel Dib lors du match de la montée face à Chasselay MDA » conclut-il. Quand le passé côtoie le présent pour construire le futur. Une devise qui pourrait être celle de maisons du midi. D’autant plus que dans le midi la maison de Lionel Virenque c’est Bon Rencontre.


Marc Brunetto : Le porte-bonheur du Sporting

Partenaire du Sporting Club de Toulon depuis 5 ans, Marc Brunetto a connu les trois montées pour passer de l’anonymat de la Division d’Honneur aux projecteurs du National. Et l’intéressé va donner le coup d’envoi de Sporting Club de Toulon-Pau FC retransmis sur Canal + sport. Un sacré coup de chance. Comme la saison dernière où il avait eu cet honneur lors du fameux Toulon-Jura Sud. Là où les Azur et Or avaient pris la tête de la N2 pour ne pas la lâcher. « C’était impressionnant. On se sent tout petit car il y avait au moins 4000 spectateurs et une ambiance géniale. C’est un coup de projecteur fabuleux pour « Groupe CMC » et « Atout réception » mes deux entreprises » explique t-il. Le première structure assure l’événementiel dans les différents points de vente (décoration, bornes de jeu, théâtralisation etc) afin de créer du trafic. De l’animation à 360 degrés. La seconde fournit du matériel pour que la réussite soit totale (tables, chaises, vaisselles, etc).

Boucler la boucle

D’ailleurs CMC va fêter ses 25 ans le 3 octobre prochain du côté du Cap Brun. Preuve que Marc Brunetto raisonne sur la durée. « Le projet du Sporting Club de Toulon m’a plu d’emblée. Il y avait une vraie envie de s’associer à ce désir de retrouver le niveau professionnel. J’estime que Toulon devrait jouer en Ligue 2 au minimum. Nous n’en sommes plus très loin » explique t-il. Une fierté de participer à cette montée en puissance car plus jeune Marc Brunetto était présent dans les tribunes de Mayol. « Je me rappelle d’un Toulon-St-Etienne à l’époque de la D1 assez marquant avec un stade plein comme un œuf et où il y avait une ambiance de dingue. Forcément c’était un épisode marquant » poursuit-il. Amoureux du football davantage que véritable passionné Marc Brunetto veut avant tout vibrer. Et ce sera le cas lors de ce Toulon-Pau qui vaut déjà cher…

 


Gabriel Lopez : « Participer à l’essor du foot féminin »

Le gérant de la société Gaby à La Crau est devenue sponsor de l’équipe féminine du Sporting Club de Toulon. Logique pour ce Stéphanois d’origine passionné par son métier davantage que par le football.

Comment êtes vous devenu partenaire de l’équipe féminine du Sporting ?

J’ai travaillé avec le nouveau coach des féminines Mehmet Safran qui est arrivé de Lyon il y a quelques mois. Moi je suis originaire de St-Etienne donc le contact a été facile. Il m’a proposé l’idée de soutenir sa formation et le projet m’a plu. C’est une manière de participer à l’essor du foot féminin. Tout simplement.

Un foot féminin en pleine évolution. Votre avis sur la question ?

La dernière coupe du Monde a confirmé l’engouement déjà présent avec le sacre de l’Olympique Lyonnais en ligue des champions. Dommage que la France soit tombée sur un os en quart de finale avec les USA. Aujourd’hui il y a beaucoup de filles qui veulent et peuvent jouer au foot. D’ailleurs j’irai voir des matchs du Sporting dès que possible.

Un mot sur votre entreprise Gaby ?

Nous sommes basés à La Crau et spécialisés dans les façades (neuves et rénovation). Bien que natif de St-Etienne je n’ai pas un rapport direct avec le football ou le sport en général. Pour moi l’important c’est le travail avec du sérieux, de la crédibilité et de la réactivité. Ce sont les valeurs que nous mettons en avant chez Gaby.

 



Bruno Dhillit (Graphic Azur) a saisi la balle au bond !

Passionné de tennis et anciennement partenaire du Hyères Toulon Var, du Rugby Club Toulonnais ou du Toulon Elite Futsal Bruno Dhillit ne jure pourtant que par le Sporting Club de Toulon. « Dès la première fois où j’ai mis les pieds à Bon Rencontre j’ai adoré l’ambiance. Il y a quelque chose en plus, un truc de différent. J’ai toujours suivi le Sporting et là plus que jamais » explique t-il. En effet depuis trois ans son entreprise Graphic Azur est sponsor du club et du coup Bruno Dhillit mesure le chemin parcouru. « Lors du premier match en National contre Béziers (0-0) il y avait du monde au stade. C’était top. J’ai repéré quelques joueurs comme Fall ou Guilavogui que j’ai trouvé excellents. Il y a quelque chose de grand à faire cette saison. L’engouement est réel. Il se passe quelque chose alors qu’en CFA2 c’était vraiment l’anonymat » savoure t-il. Une faculté à voir plus loin qui illustre son évolution personnelle.

Courbe ascensionnelle

Car Bruno Dhillit a démarré le tennis sur le tard du côté de Lille à l’âge de 25 ans. Et c’est en travaillant dur qu’il est arrivé à devenir capitaine de son équipe lors des tournois et de se classer 30/1. « Mon meilleur souvenir reste la finale de Roland Garros entre Djokovic et Wawrinka à laquelle j’ai assistée. C’était fabuleux. Je vais souvent à l’Open 13 de Marseille car le tennis est vraiment mon sport favori » avoue t-il. Même chose pour Graphic Azur dont la courbe est ascensionnelle depuis sa création en 1999. «Nous sommes spécialisés dans l’impression grand format pour les particuliers et professionnels. Du 4×3, bâches ou banderoles sur supports rigides et souples. De plus nous avons une machine pour imprimer sur du bois, du verre ou du « plexi » avec une réactivité maximale » conclut-il. Une bonne nouvelle pour les supporteurs du Sporting dans l’optique des futures animations en tribunes. Avis aux amateurs.


 

Daniel Da Barbuto (Hygipronet) a bouclé la boucle !

Au moment de donner le coup d’envoi du tant attendu Sporting Club de Toulon – Béziers synonyme d’entame du championnat National nul doute que Daniel Da Barbuto se remémorera quelques souvenirs. L’époque où en tant que supporteur il était dans les tribunes pour encourager les « Azur et Or ». «Je me rappelle d’un mythique Toulon-OM en 1992 remporté 1-0 grâce à un ballon piqué de Fred Meyrieu. L’ambiance était exceptionnelle à Mayol » avoue t-il. Il faut dire que le directeur, associé à son fils Cédric, des entreprises Hygipronet et Hygi 3D est un passionné de ballon rond depuis l’enfance. « J’ai joué jusqu’à l’âge de 15 ans au club de Montéty avant de m’adonner à mon autre sport favori le vélo » poursuit-il. La suite est classique avec l’armée, la rencontre avec sa future femme et la vie d’adulte avec le corollaire d’ambitions professionnelles que cela suppose.

Deux entreprises complémentaires

Voilà pourquoi Daniel Da Barbuto boucle la boucle en devenant depuis deux ans sponsor du Sporting. « Comme le club est monté nous avons suivi le mouvement et augmenté notre investissement » reconnaît-il. Idéal pour gagner en visibilité surtout qu’Hygipronet et Hygi 3D ont trouvé la bonne carburation. Elles sont même complémentaires. « Hygipronet s’occupe du nettoyage de locaux en tous genres et même de bureaux d’entreprise. Notre force c’est la qualité, la réactivité et la proximité. Du côté d’Hygi 3D nous oeuvrons pour lutter contre les nuisibles via la dératisation, la désinsectisation et la désinfection » conclut-il. Une histoire de famille et de passionnés car le fils Cédric Da Barbuto (35 ans) a longtemps joué au foot à Toulon Hôpital. C’est lui qui sur la durée prendra la suite de l’oeuve paternelle mais pas tout de suite car Daniel (65 ans) est encore là et compte bien retrouver la Ligue 1 avec le Sporting. Là encore la complémentarité est totale entre l’expérience de l’un et la fougue de l’autre. C’est comme sur le terrain il faut une osmose pour gagner…