SC Toulon

Le Sporting veut sa revanche

16 février 2019|News|

Match clairement « bascule » pour les joueurs du Sporting qui accueillent dimanche (14h30 à Bon Rencontre) l’Athlético Marseille. Deux équipes toujours invaincues en 2019 qui ont entamé une « remontada » pour se mêler à la lutte pour l’accession. Une revanche aussi pour des Azur et Or qui avaient connu à l’aller leur première défaite de la saison (3-0). Un score trop lourd par rapport à la physionomie de la partie. Comme souvent le coach Fabien Pujo doit composer avec de nombreux absents. Ainsi Fall, Ech-Chergui et Bayo sont blessés alors que Sahnoune est suspendu. Incertitude pour Medoukali et Christophe Gomis… Ainsi les options ne sont guère nombreuses. A noter toutefois le retour d’Atlan dans le groupe.

Ghrieb titulaire ?

En défense, Leleu devrait évoluer dans l’axe aux côtés d’Ouasfane alors qu’au milieu il y a une place à prendre avec Mama Seibou et Moulet. Le jeune Ghrieb dont la rentrée a été tonitruante à Pontarlier postule. En attaque ce sera du classique avec Goncalves, Barbier et Guilavogui (ou Christophe Gomis selon son état de forme). En face l’Athlético Marseille a beaucoup recruté au mercato hivernal avec 4 joueurs dont l’ancien professionnel Abdallah (défenseur, OM). Des banlieusards phocéens qui restent sur trois succès consécutifs et dont l’objectif sera de poursuivre leur série. Comme les coéquipiers d’Ouasfane veulent réussir un carton plein lors des deux réceptions d’affilée avec la prochaine de l’OM2, le spectacle devrait être au rendez-vous.

Youssef Sif : «Le match qu’il fallait faire… »

13 février 2019|News|

L’entraîneur des U19 Nationaux reconnaît que son équipe à remporté un match charnière dans l’optique du maintien face à Béziers (3-1). Du coup le déplacement à l’OGC Nice s’effectue sans pression négative. Une revanche de la Gambardella…

Que retenir du match face à Béziers ? 

La victoire d’abord qui était fondamentale pour se rapprocher du maintien car c’était une confrontation directe entre prétendants à la survie. La manière aussi car nous avons pris Béziers à son propre jeu en mettant beaucoup d’engagement et d’impact. Ce ne fut pas un match spectaculaire mais c’est celui qu’il fallait faire pour gagner.

Sur quoi avez-vous fait la différence ? 

Sur deux phases arrêtées. Un coup franc de Fernandez pour la tête de Grizetti puis un autre bonifié à bout portant par Belkechine. Le 3e but de Ouatarra d’une talonnade fut consécutif à un centre de Benalal après une attaque rapide. Nous avons fait un match costaud.

Et maintenant l’OGC Nice, une revanche de la Gambardella ?

Non car l’équipe de Gambardella n’aura rien à voir avec celle que l’OGC Nice va présenter ce week end (samedi 14h30). Le maintien est assuré et les aiglons ne peuvent plus finir champions. Ils préparent la saison prochaine. Je m’attends à une équipe jeune pleine de talents. A nous de récidiver en termes de bloc équipe tout en améliorant la qualité offensive car Nice sera un match différent de Béziers. Plus ouvert.

Fabien Pujo : « Une victoire fondamentale »

11 février 2019|News|

L’entraîneur de l’équipe fanion savoure la victoire acquise à Pontarlier au bout du suspense (2-1) et se projette sur les deux réceptions consécutives de l’Athlético Marseille et l’OM2. Un vrai tournant…

Voilà une victoire qui fait du bien ? 

C’est le cas de le dire surtout que nous avons eu de la réussite à la fin même si sur l’ensemble du match notre succès est logique. La roue commence à tourner. C’est une victoire fondamentale qui permet de faire retomber la pression négative et de calmer tout le monde autour de nous.

Que retenir hormis les trois points ?

Qu’avec Keny Moulet forcément tout change. En manque de rythme car il n’avait pas joué en 2019 il a été le meilleur. Qu’avec un vrai avant-centre de fixation comme Barbier nous avons une arme supplémentaire. Lui-aussi n’est qu’à 50 % de ses moyens et son but va lui faire du bien. Qu’avec la confiance nous pouvons encore y croire.

Le tournant c’est maintenant ?

Les deux réceptions consécutives de l’Athlético Marseille et l’OM2 représentent une occasion d’enchaîner et de prendre six points pour recoller. Ce ne sera pas simple mais si nous y arrivons alors nous serons dans le coup pour le sprint final. Et l’expérience de la saison dernière sera alors bien utile.

Une occasion à saisir !

8 février 2019|News|

Après l’épidémie de grippe ayant occasionné le report du derby à Fréjus St-Raphaël, le Sporting Club de Toulon rattrape un nouveau match en retard à Pontarlier (samedi 15h). Et avec un effectif ragaillardi puisque Moulet et Barbier sont de retour. En revanche Fall, Ech-Chergui et Medoukali sont blessés alors que Pinheiro est malade. Du coup Leleu devrait être préféré à Diop au poste de latéral droit car un rude combat s’annonce sur un terrain compliqué et face à une équipe vaillante. « En pleine réussite surtout car Pontarlier reste sur deux succès et un nul en marquant souvent dans les cinq dernières minutes » précise Fabien Pujo le coach Azur et Or. Pour le reste ce sera du classique avec certainement le retour comme titulaire de Guilavogui en attaque et au sein d’un 4/3/3.

L’atout Barbier

« C’est un match important pour lancer une série. Il va falloir être attentifs concernant les phases arrêtées car il sera sans doute impossible de poser le jeu. Pontarlier évolue en général assez bas et regroupé. A nous de gagner en justesse technique pour les déstabiliser » poursuit-il. L’apport de Barbier pour pouvoir sauter les lignes et jouer les « 2e ballon » devrait être un atout majeur même si l’intéressé ne tiendra sans doute pas les 90 minutes. Du coup Kenny Michel, préféré à Preira sur le banc, aura sans doute l’occasion de montrer l’étendue de son talent en relais de l’ex attaquant du Cannet en Roussillon . Un Sporting en mode guerrier qui doit impérativement prendre des points ne serait-ce que pour rendre les sept heures de bus moins longues au retour…

Le Sporting veut enchaîner…

25 janvier 2019|News|

Après la réserve de l’AS Monaco mercredi soir (1-0) place à celle de l’OM lors d’un nouveau match en retard (samedi 18h au Cesne). Une occasion en or de remonter au classement face à l’actuelle lanterne rouge lors d’une confrontation toujours « particulière » pour les supporters au regard de la rivalité ancestrale entre les deux clubs. Les enjeux sont énormes et comme souvent malheureusement le coach Fabien Pujo va devoir composer avec un nombre conséquent d’absents. En effet Medoukali, Fall, Ech-Chergui, Barbier et Moulet sont blessés alors que Bayo expulsé face à Monaco est suspendu. Seules bonnes nouvelles les retours de Guilavogui (suspension purgée) et Atlan (ménagé contre Monaco). Du coup les options ne sont guère nombreuses. En attaque le trio Gomis-Michel-Goncalves devrait être reconduit.

Un milieu à rebâtir

Au milieu Atlan et Pollano postulent à moins que Sahnoune ne monte d’un cran si Leleu est titularisé dans l’axe de la défense aux côtés d’Ouasfane. Le staff tranchera tout en sachant que les Azur et Or connaissent la recette. Les coéquipiers d’Andreani pourront s’appuyer sur leur bonne deuxième mi-temps face à Monaco pour récidiver et prendre les trois points afin de recoller au bon wagon. « Il va falloir mettre de l’impact et de la présence physique pour les empêcher de jouer. Le temps jouera pour nous à condition de ne pas faire n’importe quoi. Au fil du temps Monaco s’est étiolé à condition de maintenir un certain niveau d’intensité » explique le coach toulonnais. Le décor est planté. Plus que jamais ce sont les valeurs toulonnaises qui passeront au premier plan…

Un Sporting en mode guerrier !

24 janvier 2019|News|

Après le nul contre Endoume (0-0), les Azur et Or n’avaient pas le choix. Il fallait gagner d’abord contre l’AS Monaco 2 puis face à l’OM2 lors des matchs en retard afin de recoller. Première marche franchie mercredi soir face à des Rouge et Blanc renforcés par les présences de Diop, Barecca ou Serrano. Pas grand chose à signaler en première période hormis une tête de Kenny Michel qui donne l’occasion au portier adverse de s’envoler « pour la photo » (12e). Il faut attendre les dernières minutes pour vibrer avec un coup franc excentré de Zouaoui repoussé par le portier monegasque (44e) et sur le corner qui suit une tête de Bayo qu’il détourne avec brio. Après une ultime tête surpuissante de Kenny Michel hors cadre l’arbitre siffle la pause. Sans doute « bougés » dans les vestiaires les Toulonnais reviennent en mode guerriers et avec les crocs.

Domination totale

Goncalves dévale le côté gauche sur 30 mètres mais frappe au-dessus face au gardien (50e). Toulon joue haut et pousse fort. La récompense arrive dans la foulée avec un centre de Christophe Gomis vers Michel. Celui-ci saute devant le gardien sans faire faute pour le gêner et reprend de volée face au but vide le ballon relâché 1-0 (53e). C’est la délivrance ! Il n’y a plus qu’une équipe sur le terrain car la défense est royale avec un axe Ouasfane-Sahnoune impérial. Au milieu Bayo et Mama Seïbou grattent de nombreux ballons et Toulon gère sans soucis. Goncalves servi par Gomis ne cadre pas à l’entrée de la surface (72e) puis Sahnoune place une tête sur corner au ras du poteau (84e). Même l’expulsion sévère de Bayo ne changera rien car chaque joueur fait les efforts et Toulon s’impose logiquement. Il faudra récidiver face à l’OM2 mais avec cet état d’esprit là Toulon peut encore rêver…

Reportage photos : Julien Mauceri

Reprise difficile

20 janvier 2019|News|

Crédit : Julien Mauceri

Certes les toulonnais ont des excuses comme le fait de devoir jouer à huis clos, de manquer de rythme après un mois sans jouer et d’avoir vu Barbier se blesser lors du dernier entraînement alors qu’il aurait dû être titulaire.

Toutefois étant donné l’urgence de la situation les Azur et Or devaient montrer leur meilleur visage face à Endoume. Il n’en fut rien. Offensivement ce fut difficile avec une seule occasion franche signée Christophe Gomis contré dans la surface au dernier moment après un centre de Goncalves que Guilavogui avait laissé intelligemment passer (63e). Pour le reste ce fut sans idée. Certains joueurs n’y sont plus et devront vite se réveiller. Comme souvent c’est la défense qui a donné satisfaction. Et le jeune gardien Andréani en premier lieu. Un choix gagnant de Pujo car le minot va se montrer parfait et surtout gagner un face à face crucial avec l’avant-centre phocéen (65e).

Un point de gagner…

L’axe Sahnoune-Medoukali a été excellent face à Anani un sérieux client et sans doute l’un des meilleurs avant-centre de la poule. Les latéraux Atlan et Fall ont fait le boulot mais sans apporter un plus en attaque. Il faut dire qu’au milieu Toulon a souffert de l’absence de Moulet. Trop bas en première période Mama Seïbou a rectifié le tir en seconde mais a souffert dans l’impact face à des adversaires athlétiques et rigoureux tout comme Ech-Chergui ou Pinheiro. A défaut de gagner le Sporting a su ne pas perdre et reprend un point à Fréjus St-Raphaël, Jura Sud ou St-Priest mais en perd deux sur Hyères et Annecy. Victoire obligatoire mercredi contre l’AS Monaco 2 puis samedi face à l’OM2 sinon la phase retour risque d’être longue.

Le Sporting veut lancer une série

18 janvier 2019|News|

Entre les intempéries et les manifestations des gilets jaunes le Sporting Club de Toulon est au chômage technique depuis de longues semaines. C’est donc avec une envie démultipliée que les Azur et Or accueillent Endoume (samedi 18h à Bon Rencontre). Seul bémol la rencontre se jouera à huis clos. Les hommes de Pujo n’auront donc de soutien populaire dans leurs temps faibles. Un match de reprise qui doit lancer une grosse série car les Toulonnais vont rattraper leurs trois matchs en retard progressivement. « C’est pour moi la rencontre la plus importante car elle doit nous permettre de débuter notre remontée » avoue l’entraîneur toulonnais. L’effectif est quasiment au grand complet car seuls Ouasfane et Zouaoui (suspendus) feront défaut ainsi que Moulet (blessé). De retour tardif de vacances Bayo postule aussi car il n’a pas fait qu’excès alors que Barbier devrait effectuer ses grands débuts toulonnais.

Pinheiro remplace Moulet

Enfin Christophe Gomis a passé une échographie rassurante et pourrait être de la partie. Le staff a l’embarras du choix en attaque. Sans surprise un 4/3/3 devrait être privilégié avec Pinheiro en relayeur et Ech-Chergui en alter ego, Mama Seïbou évoluant en sentinelle devant la défense. En théorie Guilavogui et Goncalves seront chargés d’animer les côtés pour mieux servir Barbier dans l’axe. La défense restant classique avec Atlan latéral gauche. La grosse surprise pourrait provenir de la titularisation du jeune Andreani dans les buts à la place d’un Viviani dont la fin d’année 2018 a été difficile. « J’ai vu mes joueurs un par un et 80 % d’entre eux se sont estimés « moyens » sur la phase aller. L’objectif est de devenir « bons » en 2019 pour se mêler à la lutte pour l’accession » conclut Pujo. Le décor est planté. Le renouveau démarre samedi…

Gambard’hélas !

14 janvier 2019|News|

L’équipe Gambardella du Sporting Club de Toulon n’a pas réussi à passer l’écueil des 32e de finale. Les hommes de Youssef Sif ont été battus par l’OGC Nice dimanche à Mercheyer (4-1). Le score n’est pas révélateur car la partie a été équilibrée pendant une heure (1-1). Là, les Azur et Or contre le vent ont connu un trou d’air de concentration de dix minutes qui sera payé cash avec trois buts encaissés. Les Toulonnais n’ont à l’évidence pas su gérer le vent ultra violent. D’abord en n’acculant pas assez l’adversaire lorsqu’il était dans leur dos en première mi-temps et en oubliant de jouer court et tendu en 2e lorsqu’il était de face. Pourtant Akouma a sorti quelques parades décisives alors que l’axe Touili-Bouchkara s’est montré à son avantage le plus souvent avant de craquer.

Malgré Grizzetti

C’est au milieu que les Toulonnais ont souffert malgré l’activité de Benalal car en attaque Ouhdadi-El Hajji et Grizzetti ont fait mal aux jeunes aiglons avec plusieurs occasions franches. Le dernier nommé égalisant même en contrant le gardien adverse qui avait voulu le dribbler 1-1 (52e). Un match qui aurait pu basculer deux minutes plus tard lorsque Grizzetti lancé par Ouhdadi se présente seul devant le portier azuréen mais place son ballon sur la barre transversale (54e). La suite on la connaît. Un but encaissé sur corner (60e) puis de l’inattention, de la précipitation et une sanction immédiate. Dommage car cette équipe avait le potentiel pour aller loin. Il faut maintenant se sauver en championnat National et c‘est bien parti.

Le Sporting domine la Western Arménia (2-0)

11 janvier 2019|News|

Comme le match à Pontarlier a été reporté à cause de la neige, heureusement que l’équipe fanion avait prévu une opposition mercredi en fin d’après-midi face à la Western Arménia, une sélection de jeunes joueurs arméniens.

Le coach Fabien Pujo avait logiquement opté pour un turnover assez massif d’une mi-temps à l’autre. En première période c’est l’équipe qui devait à priori débuter à Pontarlier qui a été alignée et avec une surprise de taille : la titularisation du jeune Andreani dans les buts. A noter le retour de Mama Seïbou en sentinelle devant la défense et la grande première de Mathieu Barbier enfin qualifié. Ce dernier a montré des choses intéressantes et surtout qu’il possédait un profil rare celui d’un attaquant de fixation. L’ex du Cannet en Roussillon a délivré une passe décisive pour un Morgan Guilavogui déjà bien en jambes et auteur d’un tir croisé gagnant 1-0 (30e).

Selif Gomez confirme

Sans Moulet (blessé), Bayo (en vacances) ni Ouasfane (suspendu pour Pontarlier) les Azur et Or ont maîtrisé les débats avec un Sahnoune royal en défense centrale et un Diop utile dans l’entre-jeu par son activité et sa justesse. En 2e période la large revue d’effectif avec les apports de Preira, Magaddino, Zouaoui, Michel, Leleu ou Pollano entre autres a permis à Selif Gomez de s’illustrer en marquant le 2e but. Ce milieu relayeur a effectué une belle première partie de saison en R1 et pourrait bien être la bonne surprise de 2019. « Ce match reporté contre Pontarlier est un coup dur car nous avons besoin de jouer pour retrouver du rythme. C’est comme ça il va falloir s’adapter pour bien préparer la venue d’Endoume. Ce match face à la Western Arménia allait dans ce sens » analyse Fabien Pujo. Pas simple mais c’est ainsi…