Le directeur de Réseau Mistral mesure le chemin parcouru depuis le coup d’envoi fictif donné à Bon Rencontre lors de la venue de Fréjus St-Raphaël (0-0). Une montée en puissance qui occasionne une fin de saison haletante avec aussi le Master inter entreprises en ligne de mire où Réseau Mistral aura un titre à défendre.

Le master inter entreprises dont vous êtes tenant du titre approche. Un mot sur votre sacre de l’an passé ?

Nous sommes partenaires du Sporting depuis de longues années et nous avons pris part à toutes les éditions du Master inter entreprises avec plus ou moins de réussite. Gagner en 2018 a été une vraie fierté et surtout un beau symbole. Voir les salariés se solidariser pour une cause sportive commune est quelque chose de fort. Ce sont des valeurs que nous entretenons à Réseau Mistral.

Vous aviez donné un coup d’envoi fictif de Toulon-Fréjus St-Raphaël en début de saison. Comment jugez-vous l’évolution du Sporting ?

Oui et c’était un moment sympa. Nous avions fait match nul je crois (0-0) et perdu deux points sur la physionomie. Paradoxalement l’équipe est plus à l’aise à l’extérieur cette saison qu’à Bon Rencontre où trop de points ont été laissés en route. Je prends du plaisir à venir au stade car l’équipe joue bien avec beaucoup de maîtrise et de technique. Il y a un vrai esprit d’équipe, cela se ressent.

C’est la bonne année ?

Nous allons être vite fixés avec Annecy samedi à Bon Rencontre et Fréjus St-Raphaël là-bas cinq jours plus tard. La fin de saison est palpitante. Il est difficile de se prononcer car tout se joue sur des détails. Les trois équipes en question mériteraient de monter mais il n’y aura qu’un élu. L’an passé nous avons été battus au goal average particulier alors que nous étions meilleure attaque et meilleure défense que Marignane-Gignac. Si ça s’équilibre alors oui ce sera pour nous cette saison…