Malgré un match de bonne qualité, le Sporting a été tenu en échec pour une équipe lyonnaise qui a fait preuve de beaucoup de courage. Car les Azur et Or ont nettement dominé. Seul bémol les deux entames de mi-temps vraiment trop moyennes. Car la première escarmouche est rhodanienne avec une sortie décisives d’Andreani devant le véloce avant-centre lyonnais lancé en profondeur (9e). Une piqûre de rappel pour les hommes de Pujo qui haussent le ton dans le sillage d’un Christophe Gomis de gala. Celui-ci fait la différence à chaque fois et lance Barbier qui seul devant le gardien la joue trop altruiste en préférant la passe pour Goncalves, contré, au lieu du tir qui s’imposait (17e). Qu’importe l’ex du Cannet en Roussillon va faire mouche sur sa 2e opportunité lorsqu’il catapulte de la tête le ballon au fond des filets au premier poteau en conclusion d’un centre parfait de Guilavogui côté droit 1-0 (24e). Limpide.

Goncalves sans réussite

Toulon poursuit son travail de sape et Gomis toujours lui met régulièrement le feu dans la défense adverse. Celle-ci parant le plus souvent au plus pressé pour repousser ses centres. Et avant la pause Barbier lance Goncalves qui seul face au portier lyonnais place son plat du pied à côté (45e). C’est le tournant du match car à la reprise les Azur et Or n’y sont pas. Lyon domine sans être dangereux jusqu’à un coup franc excentré fatal car repris de la tête en pleine lucarne 1-1 (55e). Le Sporting met alors du temps à emballer la rencontre de nouveau. Toutefois le dernier quart d’heure est à sens unique. Les Azur et Or poussent fort et Goncalves (74e) puis Guilavogui (78e) échouent pour quelques centimètres. Les Toulonnais multiplient les corners et coups francs mais la défense lyonnaise tient le choc. Dans les arrêts de jeu Diop sert Goncalves qui se heurte au gardien adverse (91e). C’est fini. Deux points de perdus. Dommage car la qualité de jeu et l’investissement étaient là. Il y a des soirs comme ça…