Dominés en première période par une belle et jeune équipe de l’AC Ajaccio, les Azur et Or ont bien réagi pour signer leur premier succès de la saison dimanche à Bon Rencontre (2-1)…

Des Toulonnais « lanterne rouge » qui démarrent logiquement fort avec un centre de Gadacha côté droit repris du plat du pied par Henaini mais le ballon rase le poteau corse (3e). Un feu de paille car progressivement les Insulaires tissent leur toile et dominent en monopolisant le ballon. La récompense arrive sur une action bien construite aux abords de la surface qui permet à l’avant-centre adverse de défier Guibout. Le gardien toulonnais touche le ballon mais pas assez pour l’empêcher de rentrer 0-1 (21e). Logique. On craint le pire pour la troupe de Bodenes qui subit les assauts adverses mais la défense tient le choc à l’image d’un Naïli impressionnant dans l’axe aux côtés de Martin Fall. Progressivement les coéquipiers d’un Gadacha, actif au milieu, inversent la vapeur et Baty de la tête dévie au 1er poteau un corner pour égaliser au milieu d’une forêt de joueurs 1-1 (42e).

Naïli décisif

Et juste avant la pause Guibout réalise un miracle sur une tête qu’il détourne avec brio après un corner (45e). Toulon s’en tire bien et prend même l’avantage à la reprise. Toujours un corner dévié par Césarini au 1er poteau pour une reprise de Naili à bout portant 2-1 (47e). Là, la physionomie change car Toulon domine face à des Corses moins fringants et c’est le portier insulaire qui s’illustre notamment sur une « mine » de Gadacha qu’il repousse magistralement (58e). Plus expérimentés, les toulonnais gèrent leur avantage et jouant les contres à fond. Les duels se multiplient et les esprit s’échauffent même un peu. Rien de méchant. Les dernières minutes sont haletantes car l’ACA2 ne lâche rien. Et si Guilavogui place une reprise hors cadre sur un centre de Gaye (87e) la balle d’égalisation est toutefois pour le buteur corse mais ce dernier place son coup franc juste au-dessus de la lucarne (90e). C’est fini. Toulon gagne enfin et se relance. Comme Agde a fait math nul l’écart n’est plus que de six points. Il faut y croire…